Personnalités

Ils l'ont dit, ils l'ont vécue
d

Citations

Ils l’ont dit

Quelques citations sur l’instruction, l’école, la socialisation…

Marie-François-Oscar Bardy de Fourtou sénateur de la Dordogne lors de la séance publique du 3 juin 1881 relative à l'obligation d'instruction

“… le principe de l’instruction obligatoire est moins en cause, malgré le titre du projet de loi, que la liberté d’enseignement et la liberté de conscience elle-même…
[…]
L’obligation scolaire apparaît comme le procédé mis en oeuvre pour répandre un enseignement particulier, spécial, déterminé, comme l’instrument de coercition tenu en réserve pour imposer à l’enfant un enseignement d’Etat placé par un monopole de fait à la fois déguisé et violent, au-dessus de toutes les concurrences et de toutes les rivalités…
[…]
Le premier (péril), c’est que, de fait, elle érige en monopole l’enseignement de l’Etat…
[…]
“Vous confisquez subrepticement ces libertés au nom de cette conception sauvage dont votre Danton a donné la formule et qui arrache l’enfant au père pour le donner à la République…”

Geneviève Delaisi de Parceval psychanalyste, formée à l'anthropologie en réponse au projet de dépistages des troubles comportementaux chez le petit enfant pour prévenir la délinquance

“Actuellement, ni spécialistes, ni institutions ne sont en mesure de délivrer de tampon de bonne parentalité. Il est dérisoire de vouloir stigmatiser par avance parents ou enfants : sur quels critères ? Avec quels outils ?
La tendance contemporaine est à l’adaptation, au formatage . On recherche une hyper normalité, avec le risque de créer ce que le psychiatre Christophe Dejours appelle des “normopathes”.”

{

Autres citations

A retrouver sur Pinterest !

Ségolène Royal alors ministre déléguée chargée de l'enseignement scolaire lors de la séance sénatoriale du 29 juin 1998 au Sénat, portant sur le projet de loi relatif au renforcement de l'obligation scolaire

“S’agissant, tout d’abord, du droit de l’enfant à l’instruction, je veux rappeler à mon tour, après M. le rapporteur, que plusieurs milliers d’enfants échappent chaque année à l’école de la République. Bien souvent, au nom de l’instruction dans la famille, ces enfants sont maintenus dans un état d’inculture, d’ignorance, ou, pis encore, embrigadés, aliénés, maltraités.
[…]
Si, au XIXe siècle, était prévue la possibilité d’instruction dans les familles, c’est parce que le réseau d’écoles que nous avons aujourd’hui n’existait pas.
Il ne faut donc plus permettre que cette possibilité offerte par la loi soit détournée de son objet ou utilisée pour mettre en péril le droit de l’enfant à l’instruction.
[…]
Il ne faut pas que la présente loi ait un effet contraire à celui qui est recherché et que, en réglementant la scolarisation dans la famille, celle-ci se trouve banalisée, voire encouragée
[…]
En conclusion, je voudrais souligner que la scolarisation des enfants doit être la règle parce que la personne humaine exige, pour s’élever à sa dignité, d’être éduquée à la citoyenneté, de connaître et de rencontrer l’autre dans sa différence et dans son égalité dès le plus jeune âge, d’accéder au savoir et à la connaissance pour résister à l’obscurantisme.
Interdire à l’enfant cette expérience fondamentale, c’est l’exclure de l’humanité, c’est le soumettre aux hasards des influences, c’est le rendre plus vulnérable en le faisant moins libre.”

Sur son blog

“Nous voulons que l’école, avec la culture et les valeurs qu’elle véhicule, avec son rôle social, reste l’un des socles de notre société. Nous devons donc réussir à restaurer cette fonction d’égalité de tous devant l’éducation.”

v

Nicolas Sarkozy alors président de l'UMP et ministre de l'Intérieur lors d'une réunion des nouveaux adhérents, au sein de l'UMP

“L’école est obligatoire, on ne demande pas l’avis de celui qui ne veut pas y aller. Il y va comme des générations avant et après lui. On va à l’école parce que c’est son devoir, parce que c’est un droit, mais on y va. On apprend ce que l’on a à apprendre et lorsque l’on est assez grand, c’est-à-dire après 16 ans, on décide de ce que l’on fait, mais pas avant. Ce n’est pas un choix.
L’absentéisme scolaire doit être sanctionné et lorsqu’une famille ne met pas ses enfants à l’école, les allocations familiales doivent être mises sous tutelle, parce que sinon elles ne servent à rien.”

A noter l’article L131-2 du Code de l’Education :
L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix

=> l’école n’est donc pas obligatoire !

Ils l’ont vécue

De nombreuses personnalités ont vécu l’expérience de l’instruction à domicile. Loin d’être réservé à une élite, ce mode d’instruction a certainement permis à ces enfants de s’épanouir et de devenir des adultes reconnus dans leurs compétences. Nous sommes loin de l’obscurantisme et de l’asocialisation souvent reprochés à tort aux familles faisant le choix de ne pas envoyer leurs enfants à l’école.

Née en 1890, Agatha Miller était la fille d’un américain et d’une britannique.
Jeune orpheline de père, elle fût instruite par sa mère jusqu’à l’âge de 16 ans, âge auquel elle quitte le domicile familial pour Paris afin de devenir chanteuse, carrière à laquelle elle renonce rapidement.
Mariée en 1914 au colonel Christie, elle fût infirmière jusqu’en 1918. Puis elle commença à écrire des romans policiers dont les personnages principaux sont généralement Miss Marple ou Hercule Poirot. Elle publia ainsi plus de 80 ouvrages dont Les dix petits nègres, Mort sur le Nil, Abc contre Poirot. Aujourd’hui encore, elle continue d’être reconnue comme l’une des écrivains de romans policiers les plus respectées. Elle a également publié des ouvrages plus personnels sous le pseudonyme Mary Westmacott. Elle fut anoblie en 1971.
Décédée en 1976, certains de ses romans font l’objet d’adaptations cinématographiques.

Elle a dit :
“Ce n’est pas parce qu’un problème n’a pas été résolu qu’il est impossible à résoudre.” (dans son livre Le mystérieux Mr Quinn)

Agatha Christie

Ecrivain

Né dans l’Ohio (Etats-Unis), Thomas Edison est le septième enfant d’une famille modeste. Il n’est allé à l’école que quelques mois : hyperactif, il est déclaré instable par son professeur à l’âge de sept ans. Sa mère, ancienne institutrice, se charge de lui enseigner les connaissances de bases ; il apprendra tout le reste dans les livres, de manière autodidacte. Adulte, Thomas Edison est devenu inventeur et homme d’affaires. Il a révolutionné les domaines de l’électricité, du téléphone et du cinéma. Il a reçu le prix Rumford en 1895 pour ses travaux sur l’électricité, et la médaille Franklin en 1915 pour ses découvertes ayant améliorer les conditions de vie de l’humanité.
Il a dit :
“Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas”
“Il n’y a dans l’homme que l’estomac à pouvoir être pleinement satisfait. La soif de connaissance et d’expérience, le désir d’agrément et de confort, ne peuvent jamais être apaisés.”

Thomas Edison

Inventeur

Né à Alger en 1975 d’un père algérien et d’une mère grecque, Taïg Khris est quintuple champion du monde de roller. Arrivé en France dans les années 1980, il a grandi loin des bancs de l’école. Il est le sportif le plus titré dans le domaine des sports extrêmes. Il a tourné des spots publicitaires, animé plusieurs émissions de télévision, ouvert une magasin de roller, participé à la création d’une école de roller, créé sa société d’événementiel.

Thaïg Khris

Champion du monde de roller

Né à Paris (France) en 1925, Jean d’Ormesson a partagé sa jeunesse entre la France, la Bavière, la Roumanie et le Brésil. Fils d’ambassadeur, il a été instruit par sa mère jusqu’à l’âge de 14 ans. Il a ensuite poursuivi ses études à l’Ecole Normale Supérieure et est agrégé de philosophie. Nommé secrétaire général adjoint du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines à l’UNESCO dès 1950, il en fût président en 1992. Haut fonctionnaire et journaliste, il a dirigé Le Figaro entre 1974 et 1977. Il a reçu le Prix du roman de l’Académie française pour son roman La gloire de l’Empire publié en 1971. Il a été élu à l’Académie française en 1973.
Il a dit :
“J’ai toujours défendu l’idée qu’il n’y a pas de devoir de culture et que la littérature est d’abord un plaisir. ” (dans Le Figaro, 2007)
“C’est ma mère qui m’a appris le grec qu’elle ne savait pas, le latin qu’elle ne savait pas et les mathématiques qu’elle ne savait pas.” (France 2, journal télévisé, 5 septembre 2010)
“J’ai eu une chance incroyable : je suis un des rares Français à n’avoir jamais été à l’école.” (France Culture, “Le tête à tête”, 25 septembre 2009)

Jean d'Ormesson

Écrivain, philosophe, journaliste

Né à Columbia (Etats-Unis), Norbert Wiener est très peu allé à l’école avant d’entrer à l’école secondaire à 9 ans. Enfant intellectuellement précoce, il a su lire avant deux ans et s’est en grande partie instruit en lisant les livres de la bibliothèque familiale. Adulte, Norbert Wiener est devenu mathématicien. Il est à l’origine de la cybernétique.

Norbert Wiener

Mathématicien

Né à Paris (France), Pierre Curie n’est allé ni à l’école, ni au lycée. A son époque, l’instruction n’était pas obligatoire. Il a été instruit à la maison par ses parents, puis par un ami de la famille. Il obtient une licence de physique à 18 ans, mais les moyens financiers de sa famille ne lui permirent pas de poursuivre ses études. Toutefois, il continua d’apprendre de manière autodidacte. Adulte, il est devenu physicien, après avoir été instructeur en laboratoire. Il a reçu, avec sa femme Marie Curie et Henri Becquerel, le prix Nobel de physique en 1903.
Pierre et Marie Curie ont instruits leurs enfants pendant deux années au sein d’une école coopérative : les parents y dispensaient l’enseignement à leurs enfants. Leur fille Irène a reçu, avec son mari Frédéric Joliot, le prix Nobel de chimie en 1935.

Pierre Curie

Physicien

Né en 1951 à Colombes (Hauts-de-Seine), Luc Ferry était un élève doué, mais il avait du mal à se fondre dans le circuit classique. Après la troisième, il choisit finalement de poursuivre ses études à la maison avec les cours du CNED. Professeur agrégé de philosophie, puis professeur d’université, il a été nommé ministre de l’Education nationale en France de 2002 à 2004. Il a également publié de nombreux ouvrages dont Le nouvel ordre écologique (prix Médicis essai et prix Jean-Jacques Rousseau) et Apprendre à vivre : Traité de philosophie à l’usage des jeunes générations (prix Aujourd’hui).
Il a dit :
“Ceux qui bénéficient du système le déplorent moins que ceux qui en pâtissent .” (dans son livre Penser le changement)

Luc Ferry

Philosophe

Née en 1984 au Nevada (Etats-Unis), Jena Malone a été déscolarisée pour être instruite à domicile pendant plusieurs années, avant de rejoindre la Professional Children’s school à New York. Elle s’est intéressée très tôt au métier d’actrice. L’année 1996 marque un tournant dans sa vie : elle tourne dans son premier film Bastard out of Carolina et reçoit l’Independent Spirit Awards comme meilleur espoir, le premier d’une série de nominations et récompenses. Elle se lance dans la production en 2002 avec le film American girl. Depuis 2007, elle s’intéresse également à la musique en tant que chanteuse.
Elle a dit :
“Ce qui est génial avec l’école à la maison, c’est qu’on peut apprendre ce qu’on a vraiment besoin d’apprendre, et on peut choisir ce qui nous intéresse.”

Jena Malone

Actrice

Né à Clermont-Ferrand (France), Blaise Pascal n’est pas allé à l’école. A son époque, l’instruction n’était pas obligatoire. Enfant intellectuellement précoce, il a été instruit par son père (sa mère étant décédée quand il avait trois ans). Adulte, Blaise Pascal est devenu mathématicien, physicien, philosophe, moraliste et théologien. Il est l’auteur de nombreux ouvrages.

Blaise Pascal

Mathématicien, philosophe

Née en France, Marie-Paule Salonne n’est pas allée à l’école. Sa mère a choisi d’instruire elle-même ses enfants, chose peu courante en 1910. Adulte, Marie-Paule Salonne, encouragée par Edmond Rostand, est devenue écrivain. Elle a reçu le prix Minerva en 1932.
A son tour Marie-Paule Salonne a instruit sa fille en famille, avec l’aide de sa mère.
Elle a écrit, en hommage à sa mère, dans le recueil de poème L’école des papillons :
“Ce fut l’école large ouverte de l’air libre,
Et qui n’a pas de murs pour borner l’horizon :
Celle où votre tendresse aidait votre raison
A nous laisser courir dans le printemps qui vibre,
Pour cueillir les rayons des heures à foison
Ce fut l’école large ouverte de l’air libre !…”

Marie-Paule Salonne

Écrivain

Né en 1932 à Paris (France), Pierre-Gilles de Gennes n’est pas allé à l’école avant la cinquième, pour des raisons de santé. C’est sa mère qui s’est occupé de son instruction. Adulte, il est devenu physicien.
Il a reçu le prix Nobel de Physique en 1991 : il a découvert que des méthodes développées pour étudier des phénomènes d’ordre dans les systèmes simples peuvent être généralisées à des formes plus complexes de matière, en particulier aux “cristaux liquides” et aux polymères liquides. Ses travaux sont à l’origine de nombreuses études dans les domaines de la physique, de la physico-chimie fondamentale et des sciences appliquées.
Il a dit :
“Globalement, ce que je déteste le plus dans les Écoles, c’est l’autosatisfaction – des maîtres, des élèves et des anciens élèves. D’elle vient le conservatisme ; et cette notion absurde du “droit à vie”. ” (dans son livre Les objets fragiles)

Pierre-Gilles de Gennes

Physicien

Née à Meaux (France), Maud Fontenoy est une navigatrice confirmée. Elle a reçu à 30 ans les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite. Elle est animatrice d’une émission radio. Elle est engagée dans la vie politique.
Elle a dit :
“J’ai passé mon enfance à voyager, sur l’eau. Ma chambre à coucher, c’était un hamac tendu entre les deux mâts du bateau. J’ai découvert le monde sans aller à l’école, mes parents étaient mes deux seuls professeurs.”
Voir également son témoignage télévisé (France 2, Les 100 qui font bouger les choses, 9 octobre 2007)

Maud Fontenoy

Navigatrice

Margaret Mead (1901-1978)
Née à Philadelphie (Etats-Unis), Margaret Mead a été instruite parfois à la maison et parfois à l’école, sa famille déménageant souvent. Ses parents reprochaient à l’école traditionnelle de donner la priorité à la mémorisation et aux savoirs “par cœur”. Enfant, elle a beaucoup appris de sa mère; sa grand-mère, enseignante, a également participé à son instruction. Adulte, Margaret Mead est devenue anthropologue.
Elle a dit :
“Ne doutez jamais du fait qu’un petit nombre de gens réfléchis et engagés peuvent changer le monde.”

Margaret Mead

Anthropologue

Né à Montreuil-sous-Bois (France), Emile Reynaud a été instruit à la maison par ses parents. Apprendre en s’amusant, tel est le principe que respectaient ses parents. Les prétextes pour s’instruire étaient nombreux et variés, à la maison comme à l’extérieur, et cette liberté lui a permis d’acquérir de bonnes connaissances en sciences. Il a appris également la mécanique de précision auprès de son père horloger, et développé ses talents de dessinateur auprès de sa mère. Adulte, Emile Reynaud est d’abord devenu enseignant-conférencier, puis il s’est consacré à l’invention (brevet déposé en 1877) et au développement du praxinoscope : il est le créateur du premier dessin animé projeté en France, avant le cinéma.

Emile Reynaud

Inventeur

Née en Arizona (Etats-Unis), Emma Stone a été instruite en famille. Elle a débuté sa carrière d’actrice à l’âge de 19 ans et, trois ans plus tard, sa filmographie ne compte pas moins de 15 participations tant au cinéma que dans des séries TV).

Emma Stone

Actrice

Né en 1917 en Pennsylvanie (USA), Andrew Wyeth n’est jamais allé à l’école, pour des raisons de santé. C’est son père, N.C. Wyeth, célèbre illustrateur, qui s’est occupé de son instruction, l’initiant à l’art, et tout particulièrement à l’art du paysage rural américain. Adulte, il est naturellement devenu peintre.

En 1948, il peint Christina’s World, son tableau le plus célèbre. Il reçoit de nombreux prix au cours de sa carrière. En 1976, il devient membre de l’académie des Beaux-Arts de Paris. En 1980, il est le premier artiste américain à être élu à l’Académie royale de Grande-Bretagne.

Wyeth est un peintre réaliste. Ses sujets de prédilection sont la terre et les habitants de sa ville natale. Son dicton favori : « Tout ce que vous avez à faire, c’est de briser toutes les règles. » Il promeut ainsi la désobéissance culturelle par le biais de comportements traditionnels.

Andrew Wyeth

Peintre