La socialisation en IEF

Les enfants instruits en famille ont accès comme les enfants scolarisés à toutes sortes d’activités culturelles, sportives et artistiques. Les rencontres avec d’autres familles sont extrêmement enrichissantes et permettent aux enfants de côtoyer d’autres enfants de tous âges ainsi que des adultes aux horizons variés. Leur environnement n’est pas cloisonné ni réduit à la fréquentation exclusive d’enfants du même âge. La question de la socialisation est récurrente. Il est important de ne pas faire d’amalgame entre la socialisation, qui concerne le processus d’adaptation de l’enfant à la vie en société, et la sociabilité, qui est la faculté d’une personne à vivre des rapports sociaux faciles. Nombreux sont les témoignages de professeurs d’activités extra-scolaires qui reconnaissent la maturité, l’épanouissement, la facilité et la qualité d’échanges des enfants instruits en famille.

 
la question

Et la socialisation ?

En pratiquant l’instruction à la maison, vous entendrez très souvent des questions sur la socialisation…

Quand vous passerez le contrôle pédagogique, votre inspecteur vous fera certainement des remarques sur la socialisation de vos enfants, même si vous venez de les sortir de l’institution. Que faut-il en penser ?

Savez-vous que la socialisation n’est ni un concept de la psychologie, ni une théorie de la pédagogie. Même les théoriciens actuels de l’intelligence sociale n’en parlent pas, car ils s’intéressent à la sociabilité, capacité d’avoir des relations souples avec différentes personnes dans différents contextes.
Or il ne faut pas confondre la sociabilité et la socialisation !

La socialisation, prônée par l’Education Nationale, n’a rien à voir ni avec l’éducation ni même avec l’instruction : elle n’est pas un besoin psychologique, ni pédagogique. Elle est simplement une idéologie qui vise à rendre tous nos enfants pareils ! La socialisation est un NON massif à l’individu, à l’originalité, aux parcours atypiques, aux idées nouvelles…. Et c’est à l’antipode de relations sociales saines, fondées sur la reconnaissance et l’acceptation des différences !
La meilleure définition de la socialisation est fournie par les Inspecteurs d’Académie quand ils notent que nos enfants scolarisés à la maison manquent de socialisation, c’est-à-dire qu’ils ne connaissent pas le bonheur et l’obligation d’apprendre dans une classe de 30 élèves, 200 jours par an !

Manquer de socialisation est donc uniquement défini par le fait de ne pas aller à l’école ! N’est-il pas évident que l’école institutionnelle conclut un peu vite à un besoin affectif et naturel de l’enfant, quand il ne s’agit que d’une contrainte imposée par l’organisation et les finances de la collectivité ?

Concrètement, les a priori sur le manque de socialisation des enfants scolarisés à la maison sont battus en brèche par l’expérience vécue : les quelques trois cents enfants de notre association ne vivent aucunement en vase clos et participent à de nombreuses activités extérieures pour lesquelles ils sont assidus, et surtout, participent à la vie de la famille à travers la société et sont ainsi en relation avec des personnes de tous âges et de toutes conditions.

Lorsqu’ils retournent à l’école, la très grande majorité des familles témoignent que leurs enfants sont appréciés par leurs professeurs, les trouvant ouverts à tout et faisant parfois état de la maturité de leurs comportements. Ils adhèrent volontiers à l’esprit de groupe, mais en gardant un esprit critique, et semblent savoir se défendre si nécessaire.

Nos enfants sont donc parfaitement préparés à se faire apprécier par le monde des adultes au sein duquel ils devront faire leur place un jour.

A lire à ce sujet :
Vers une école totalitaire ? L’enfance massifiée à l’école et dans la société, Lilianne Lurçat, François-Xavier de Guibert Editeur.

définition

La socialisation : de quoi parle-t-on ?

Nous l’avons déjà dit, constaté, répété, vécu… dès que nous parlons IEF, on nous parle de socialisation. C’est un sujet qui est devenu primordial, incontournable, à un point où cette fameuse socialisation prime même sur l’instruction ! D’ailleurs, le dernier socle commun est très clair à ce sujet puisqu’il affirme que l’instruction obligatoire « poursuit un double objectif de formation et de socialisation »…

Au nom de cette fameuse ‘’socialisation’’, le 18 décembre 2013, quelques sénateurs UMP ont déposé un projet de loi (retiré depuis) visant« à limiter la possibilité d’instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d’incapacité » car « L’un des buts de la scolarisation de l’enfant est sa socialisation. Celle-ci nécessite une éducation qui ait une dimension collective, qui lui permette de découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de son âge et de rendre son développement plus harmonieux » et l’IEF « ne peut être le prétexte d’une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l’enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux ».

Outre l’intention « de contrer certaines dérives communautaristes et intégristes inquiétantes et leurs effets néfastes pour les enfants », Louis Pinton, cosignataire de cette proposition de loi, affirme à une mère de famille l’ayant interrogé : « Je suis attaché à son rôle de socialisation des enfants qui lui sont confiés. Ce terme n’a aucune connotation politique, il signifie simplement que l’école constitue pour nos enfants le lieu privilégié de l’apprentissage de la vie en société […] La plupart de vos messages affirment que les ‘’compétences sociales et civiques’’, point 6 du socle commun de connaissances et de compétences, peuvent être inculquées à domicile. Si la PPL vient en discussion devant le Sénat et que les parents concernés prouvent, lors des auditions, que cette dimension essentielle ne fait pas défaut dans l’enseignement à domicile qu’ils dispensent, je ferai partie des parlementaires qui en tiendront compte ».

Avez-vous bien lu ? Bien que la famille socialise ses enfants depuis des millénaires, non seulement on a réussi à nous faire croire le contraire mais, aujourd’hui, ce serait aux parents de démontrer qu’ils sont capables de socialiser leurs enfants ! Personnellement, je dis non ! C’est hors de question : ce serait accepter que soient renversées les valeurs les plus élémentaires et faire le jeu de ceux qui veulent nous imposer ces renversements. Ce serait gaspiller notre énergie. Alors, pourquoi l’Education nationale veut absolument éduquer et socialiser nos enfants au lieu de les instruire ?

Oui, les parents sont et doivent rester les premiers éducateurs de leurs enfants ! Oui, la famille est le premier lieu de socialisation des enfants.

Définition de socialisation :

www.toupie.org nous dit « un processus d’apprentissage qui permet à un individu, en général pendant l’enfance et l’adolescence, de s’adapter et de s’intégrer à son environnement social et de vivre en groupe ». Déjà, et c’est un détail qui revient dans toutes les définitions, il s’agit de s’adapter et de s’intégrer à son environnement. L’environnement immédiat de l’enfant étant la famille, celle-ci est donc le premier lieu de socialisation de l’enfant et la première expérience de vie en groupe. Ensuite, tous les lieux que l’enfant peut être amené à côtoyer contribuent à enrichir son apprentissage de socialisation, l’école peut en faire partie.

Wikipédia précise : « La socialisation est le processus au cours duquel un individu apprend et intériorise les normes et les valeurs tout au long de sa vie, dans la société à laquelle il appartient, et construit son identité sociale. Elle est le résultat à la fois d’une contrainte imposée par certains agents sociaux, mais aussi d’une interaction entre l’individu et son environnement ». L’enfance n’est donc pas une condition temporelle fixe, la socialisation se construit tout au long de la vie. Si l’école peut faire partie de l’environnement de l’enfant, elle ne peut donc en revendiquer l’exclusivité puisqu’en principe, l’école ne représente qu’une petite durée de la vie.

Pour Larousse.fr, la socialisation est un « processus par lequel l’enfant intériorise les divers éléments de la culture environnante (valeurs, normes, codes symboliques et règles de conduite) et s’intègre dans la vie sociale ». Les parents étant les premiers éducateurs de leurs enfants, ils transmettent naturellement les valeurs, les normes, les codes symboliques et les règles de conduite à leurs enfants. Cela se fait depuis l’origine de l’Homme !

D’ailleurs, Maxicours.com le dit clairement : « la socialisation est le processus par lequel les individus apprennent les règles de vie de la société à laquelle ils appartiennent. Cette socialisation se fait au travers d’instances de socialisation comme la famille par exemple qui intervient en premier. C’est une fonction essentielle de la famille ». Merci Maxicours.com de conserver un peu de bon sens, nous pourrions commencer à en douter car, très insidieusement, l’idée s’est ancrée comme quoi la socialisation ne peut se faire qu’en dehors de la famille ! Et oui, c’est bien la remarque qui arrive très rapidement autour de l’IEF : « Et pour la socialisation de votre enfant, qu’avez-vous mis en place ? ». Seul un agenda rempli d’activités en tous genres rassure les plus sceptiques, et encore…

Catherine Chemin